Rechercher 0 Panier: Article(s) - 0,00 €
Language:

Alimentation, cosmétique : les travers de l'application Yuka

Root , Tendances , Recettes   0 Comments
Alimentation, cosmétique : les travers de l'application Yuka

Cela concerne notre chocolat à l'huile d'olive, l'Espérantine de Marseille-Provence et je me propose d'user une fois encore (cf mon article sur la "genèse d'une marque") d'un procédé peu conventionnel pour un article qui consiste à retranscrire fidèlement des échanges de mail avec une cliente au début assez critique...

Le 10/10/2018 8:27 pm, Sylviane a écrit :
Mesdames, Messieurs,
 Des bonbons cités en objet( Espérantines) m'ont été offerts.
Après avoir scanné le code barres du produit sur l'application « Yuka », le résultat suivant est tombé :
Mauvais 0/100
Présence d'additifs nocifs
Trop calorique
Trop gras
Trop sucré.
 Suite à ces résultats catastrophiques, pensez-vous changer la composition de vos produits ?
En ce qui me concerne, je ne les consommerai pas...
Ma réponse:
chère Sylviane bonjour.
Je lis votre mail sans m'en étonner davantage car je suis très attentif depuis plus de 40 ans à cette évolution constante de la qualité nutritionnelle et de la sécurité alimentaire, devenues dangereusement anxiogènes aujourd'hui (cf les ravages psychologiques et physiologiques de l'orthorexie).
Cela étant posé et après avoir "visité" le site OpenFoodFacts à l'origine de l'application Yuka je souhaite vous alerter sur les limites de cette "introspection radicale, objective/subjective et malheureusement hâtive" de leur alimentation à laquelle bon nombre de consommateurs adhèrent à juste titre aujourd'hui.
Et vous rappeler tout d'abord que l'Espérantine est une GOURMANDISE qui pèse 9g!
Ainsi, l'apprécier sur le même registre que tous les autres aliments ou ingrédients de l'alimentation quotidienne est véritablement une hérésie, car tous les nutritionnistes et psychologues sont unanimes à dire que gommer la notion de plaisir ou de "péché gourmand" de notre alimentation est une erreur qui a ses conséquences.
Cependant, loin de moi l'idée de nier l'intérêt de l'application Yuka qui va rendre de nombreux services à qui fera l'effort de garder un esprit critique quant à ses insuffisances. Ci-après les principales:
- un aliment ne peut pas se juger sur quelques critères identifiés et pris isolément, car il faut tenir compte de la quantité consommée et de la fréquence de consommation.
- l'essentiel de l'évaluation (60%) repose sur un nutriscore (qualité nutritionnelle) qui voit des aliments bourrés d'additifs obtenir un bon score, voire moyen, parce-qu'ils sont allégés et pauvres en sucre!!!
- Yuka peut vous proposer de comparer des carottes râpées avec des pizzas, ce qui est déjà assez grotesque et qui plus est, sans tenir compte des différences de qualité énormes entre 2 pizzas.
- les desserts fruités, le couscous, le poulet rôti, le veau maringo, le tajine, le saumon sauce soja, le pavé de saumon grillé...sont des produits reconnus comme excellents!! Que deviennent alors toutes ces recommandations avérées sur les aliments transformés, les doutes sur le saumon d'élevage ou le soja?.
- les graisses saturées ne sont pas les seules graisses et l'application n'affiche pas l'origine des sucres.
et surtout PAS DE LISTES D'INGREDIENTS! Ainsi, les protéines sont-elles animales ou végétales ou proviennent-elles de la poudre de lait que les industriels ajoutent sans retenue dans leurs préparations?.
- aucune visibilité sur les vitamines et les minéraux et c'est dommageable car la qualité nutritionnelle d'un aliment ne se résume pas à ses calories et ses macro nutriments (protéines, graisses, sucres) mais aussi à sa richesse nutritionnelle.
- des apports caloriques non évalués par rapport aux quantités réellement consommées: Yuka a beau jeu d'indiquer 182 calories pour 100g de pizza (faible impact calorique) mais c'est 728 calories pour une pizza entière!! Nous voilà bientôt à table avec une calculette à la place des couteaux/fourchettes.
Je vais arrêter là car je suis un inconditionnel de Yuka, bien que cette application analyse seulement les quantités de nutriments et non leur qualité.
Juste vous rappeler 2 principes sacro-saints de l'alimentation:
1/ c'est la dose qui fait le poison. Ainsi un additif peut être sans crainte en petites quantités et approuvé par une étude scientifique.
2/ manger plus sainement c'est avant tout faire preuve de bon sens et comprendre qu'une liste interminable d'ingrédients et leur transformation n'est pas recommandable. Le véritable ennemi se cache dans les aliments ultra-transformés, dans le mode de cuisson et de conservation.
Pour en revenir à l'Espérantine, soyez assurée que j'ai le projet de demander à mon service qualité de prendre toutes dispositions utiles avec nos fournisseurs pour apparaître dans l'application Yuka sous un aspect plus flatteur et optimiser notre recette sans changer son ADN qui lui a valu le titre de "Meilleure confiserie de France" à Paris en 2000 face aux meilleurs chocolatiers-confiseurs d'Europe.
 Elle restera donc ce qu'elle est déjà aujourd'hui (si on n'en fait pas son plat principal), c'est à dire 9g inoffensifs de pure gourmandise que vous pouvez remplacer, selon les indications de Yuka par des pastilles aux herbes sans sucre...
 Croyez chère Sylviane à l'expression de ma parfaite considération.
Réponse en retour de Sylviane:
Bonsoir,
 Merci d'avoir pris le temps de me répondre si rapidement.
J'ai lu votre courrier avec attention et en fin de compte, je dégusterai vos chocolats...
 Cordiales salutations.
Comme vous pouvez lire , le bon sens...et la gourmandise l'ont emporté ..
www.esperantine.com
"Le bien-être gourmand, depuis 1999"

Leave a Reply

Captcha

En poursuivant, vous acceptez l'utilisation de cookies par l'Espérantine, pour améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience.

Or sign in with:

Nous contacter
Please login first

Or sign in with:

Mon panier

Aucun produit dans votre panier